Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Irak, le nouveau Far West

Les États-Unis éliminent des fils de Saddam et maintiennent illégalement des centaines d'Irakiens en détention

Les États-Unis ont mené une guerre illégale. Maintenant, ils occupent illégalement, ce qui s'accompagne d'une foule d'actes illégaux. Des centaines de civils irakiens sont détenus, sans inculpation, sans mandat de perquisition, sans aucune forme de procès, sans droit à la défense. À Bagdad, les gens vivent dans l'angoisse du coup fatal cogné à leur porte la nuit.

Solidaire
24-07-2003

Recherché, mort (ou vif)

34 des 55 dirigeants irakiens du « jeu de cartes » de Bush ont été arrêtés ou tués. Et, avec eux, des centaines de civils et d'ex-militaires irakiens. On ne sait pratiquement rien de leur sort. En Irak règnent aujourd'hui les lois du Far West.
Le 22 juillet, les fils de Saddam Hussein, Oudaï et Qoussaï, on perdu la vie au combat à Mossoul, une ville du Nord de l'Irak. Leur tête était mise à pris à 15 millions de dollars chacune (Saddam lui-même vaut 25 millions de dollars). Une incitation illégale pour les chasseurs de primes et les tueurs à gages. « Morts ou vifs » ? Non, les fils de Saddam devaient être finalement éliminés. Après six heures d'échanges de tirs avec quelques centaines de soldats américains, on a retrouvé dans la maison en ruines les corps de… quatre personnes dont un adolescent de quatorze ans. L'armée la plus puissante du monde ne pouvait-elle vraiment pas les attraper vivants ?
Les États-Unis ont d'abord arrêté des ministres et des universitaires, comme le savant respecté Houda Salih Mahdi Ammash, professeur de biologie. Dans le jeu de cartes de Bush, on l'appelle froidement « scientifique pour les armes de destruction massive ». Le vice-premier ministre Tarek Aziz, mondialement réputé pour son abord ouvert et jovial, a été mis à l'ombre le 24 avril.

Jeu de cartes alternatif : « US regime change »

Le jeu de cartes des 55 Irakiens « les plus recherchés » est en vente aux États-Unis dans les librairies et par Internet et on peut le voir, entre autres, sur le site web de CBS, sous le titre du film d'action « The Hunt » (la chasse). Une tentative de mauvais goût de maintenir la « popularité » de la guerre.
Des activistes aux États-Unis ont développé un contre-jeu de cartes, avec les 55 criminels de guerre les plus recherchés, G. W. Bush en tête. On trouve ce jeu de cartes « US regime change » (changement de régime aux États-Unis) sur http://www.gatt.org/regime/

Interview avec l'avocat de Tarek Aziz

Tarek Aziz, le vice-premier ministre irakien, mondialement réputé pour son abord ouvert et jovial, a été arrêté le 24 avril. Sa famille a demandé au docteur Abdoul-Haq Al-Ani d'intervenir comme conseiller juridique. Le plaideur de 57 ans, Britannique d'origine irakienne, était à Bagdad au début juillet. « Une ville en chaos complet », dit-il. Nous l'avons interviewé par e-mail.
L'ONU a officiellement désigné les États-Unis et la Grande-Bretagne comme « force d'occupation » en Irak. Est-ce une légalisation de l'occupation ?
Dr Abdoul-Haq Al-Ani. Légalement, le Conseil de sécurité de l'ONU n'avait pas d'autre choix que de reconnaître que les États-Unis et la Grande-Bretagne occupent l'Irak. Mais cela ne rend pas pour autant cette occupation légale. Les Nations Unies ne peuvent pas aller contre leur propre charte qui n'admet pas les atteintes à la souveraineté nationale de leurs membres.
Qu'en est-il des institutions politiques en juridiques en Irak ?
Dr Abdoul-Haq Al-Ani
. En Irak, il n'est pas question aujourd'hui de la moindre vie politique. Sur le plan judiciaire, personne ne sait comment ça se passe. Les troupes anglo-américaines imposent la loi et l'ordre selon leurs propres procédures qui ne sont pas soumises aux lois locales. Ces pratiques sont une infraction au droit international qui prescrit la protection des droits de la population sous occupation.
Il y a-t-il une base légale à l'arrestation des 55 dirigeants irakiens du fameux jeu de cartes ?
Dr Abdoul-Haq Al-Ani.
Non. Les seules personnes qui peuvent être arrêtées sans inculpation formelle en situation de guerre ou d'occupation sont les soldats. Et même eux doivent être immédiatement amenés devant un tribunal. Aucun des quelque 30 prisonniers n'a reçu la moindre assistance juridique ou n'a eu de contact avec sa famille. Personne ne sait dans quelles conditions ils sont détenus.
En savez-vous plus sur l'état de Tarek Aziz ?
Dr Abdoul-Haq Al-Ani.
Je ne sais pas comment il a été arrêté. Tout ce que je sais c'est qu'il est détenu dans un centre d'internement près de l'aéroport international de Bagdad. Il n'a toujours pas eu la permission de voir un avocat. Sa famille m'a désigné comme son conseil, mais les Américains ne m'ont pas permis de lui rendre visite.
Il n'y a aucune indication qu'il serait formellement inculpé, et quand, de quoi que ce soit. Les dirigeants militaires américains m'ont dit qu'il était détenu « pour une durée indéterminée » et qu'ils décideraient bien eux-mêmes quand il aurait besoin d'assistance juridique…
Quelles démarches envisagez-vous ?
Dr Abdoul-Haq Al-Ani.
Je prépare des procédures juridiques à Londres contre le gouvernement britannique pour infractions à la loi sur la Cour pénale internationale. Tout comme avec l'affaire contre le général américain Franks à Bruxelles, je suis d'avis qu'il faut poursuivre les criminels où et quand il y a la moindre possibilité de le faire.


Lien intéressant : www.occupationwatch.org