Page de Pierre Mulele(10/13)

L'organisation : point fort du maquis Muléliste

L'organisation créée par Mulele en 1963 constitue un progrès essentiel par rapport aux partis nationalistes des années '59-'60. Chacun avait sa responsabilité dans le maquis
La lutte pour l'indépendance a été une explosion spontanée après 80 années d'oppression coloniale. Toute la masse s'est lèvée pour soutenir les «évolués» qui lui promettent la liberté et le bien-être. Mais le peuple n'avait pas encore une compréhension de l'histoire et une connaissance des forces qui exploitent le Congo. Le peuple ne participait pas de façon organisée et disciplinée à la lutte.
Mulele a dirigé, aux côtés de Lumumba, cette lutte et il en senti les limites. A l'étranger, et surtout en Chine, il a étudié l'expérience des révolutions populaires victorieuses et il a étudié le marxisme-léninisme qui résume l'expérience révolutionnaire de tous les peuples opprimés.
Mulele est revenu au Congo avec une approche toute nouvelle du combat pour la libération.
Retourné au Kwilu, Pierre Mulele réussit à organiser chaque villageois et à le faire participer consciemment à la lutte. Il met sur pied une double structure d'encadrement. Le comité de village dirige les affaires des villageois. L'équipe de partisans est responsable de la lutte armée contre l'ennemi.
Cette double structure permet une politisation profonde des masses et une participation active à toutes les tâches de la révolution.
L'organisation muleliste est constituée de quatre niveaux: la Direction générale, les commandants de zone, les sous-directions et les équipes de partisans et les comités de villages.
Un noyau de cadres supérieurs dirige l'ensemble du mouvement. Ils sont groupés autour du commandant en chef Mulele àla Direction générale. Mulele et Théodore Bengila supervisent tout le travail politique et militaire.
Laurentin Ngolo, Pascal Mundelengo et Godelieve Madinga parmi sont les principaux collaborateurs de Mulele et Bengila dans le domaine politique.
Théotime Ntsolo et Ngwensungu donnent la formation militaire aux meilleurs combattants regroupés dans le bataillon de l'état-major. Louis Kafungu dirige l'état-major général.

L'organisation des structures de la direction
Au premier niveau de la Direction générale, plusieurs bureaux assument des tâches précises.
Le bureau d'études et de documentation élabore les textes qui servent de base aux leçons politiques.
Le bureau d'information et de presse présente chaque jour à Mulele, Bengila et Ngolo un résumé de toutes les informations. Les rédacteurs écoutent les émissions de Pékin, de Cuba, de Moscou, de Bruxelles, Paris et Londres. Ils assurent la publication de La voix de la révolution.
Le bureau de politique intérieure forme les instituteurs et les autres intellectuels à leur responsabilité de commissaires politiques.
Il y a un tribunal, un département de santé et un dépôt central où l'on enregistre et garde le matériel confisqué à l'ennemi ainsi que les biens offerts par les masses populaires.
Le bureau technique est consacré à la fabrication des pupus, des fusils de chasse et des explosifs. En plus il y a une prison, un bivouac où six à sept prisonniers résident et reçoivent des leçons politiques. Il existe également un important service de garde qui doit signaler la présence éventuelle de militaires dans un rayon de 10 à 20 km du camp. A une certaine période, l'abbé Tarra dirige la sécurité du camp.
Dans la cuisine collective, on prépare la nourriture pour les deux mille personnes qui vivent à la direction générale.
Le deuxième niveau de la structure est formé par les commandants de zone. Le territoire libéré compte sept zones. Chaque zone est dirigée par un commandant qui a son bureau à la Direction générale. Là, les commandants disposent d'un petit noyau de collaborateurs. Ils se rendent régulièrement dans leur zone pour y conduire ou superviser les opérations. Ils consultent Mulele, Bengila et Kafungu pour toutes les affaires importantes.

Les tâches des équipes et des comités villageois
Les équipes de partisans représentent le noyau de base du maquis muléliste. Une équipe compte en moyenne 53 combattants et il y eu au total entre 90.000 et 100.000 personnes organisées dans les équipes. Entre 20 et 35% étaient de jeunes filles. Chaque Equipe est dirigée par un commissaire politique et un commissaire militaire. Le commissaire militaire est en général élu à cette fonction par les partisans. A l'intérieur de chaque équipe, il y a une division des tâches: l'information, le renseignement, l'intendance; la santé, le service de garde, etc...
Les comités comptent trois responsables principaux : le chef du comité, le responsable militaire et le responsable de l'agriculture. De nombreux liens existent entre l'équipe et le comité de village. L'équipe est le noyau armé du village qui défend les villageois contre les militaires réactionnaires.
Le troisième niveau est la sous-direction. Elle tient le milieu entre l'équipe de village et la Direction générale. L'équipe la plus vaillante d'une région, qui dispose des meilleurs cadres formés à la Direction générale, se voit parfois chargée des fonctions de sous-direction. Elle coordonne et dirige la lutte d'une dizaine de villages et elle est aidée et supervisée par le Commandant de Zone.
Dieudonné Ndabala, élu commissaire politique de la sous-direction Ibubu explique: "Les dirigeants de la sous-direction sont choisis par cinq cents délégués de toutes les équipes de la région de Ngosos. Plusieurs candidats, jugés par les partisans comme étant les plus courageux et les plus aptes à diriger, sont proposés aux différents postes de responsabilité."