Page de Pierre Mulele(5/13)

 
Mulele, ministre de l'Education nationale sous Lumumba

Ministre de l'Education nationale du gouvernement de Lumumba, Mulele voulait faire de l'enseignement un instrument de la décolonisation mentale. Mulele voulait un enseignement qui soit scientifique et nationaliste, un enseignement démocratique à la portée des plus pauvres.
Le plus grand souci de Mulele était de rompre avec l'esprit obscurantiste qui régnait dans l'enseignement des missionnaires. Le but avoué de l'enseignement catholique était de donner le strict minimum de formation, nécessaire pour exécuter des fonctions subalternes. En plus, les prêtres éduquaient les Congolais dans un esprit de soumission et d'obéissance au colonisateur.
Dans son programme, Mulele exigea que l'enseignement soit avant tout scientifique. Ensuite, il insista sur le caractère national. Là aussi, c'était une rupture car le colonisateur avait écrit: "L'objectif primordial de l'uvre d'enseignement en Afrique est de gagner l'adhésion consciente et active de l'indigène à notre idéal civilisateur."
Mulele affirma dans son programme:"Le gouvernement veut donner à toute la jeunesse une éducation nationale; il veut lui inculquer la notion de son devoir vis-à-vis de la Patrie et la volonté des sacrifices pour le bien commun". Enfin, Mulele voulait que l'enseignement soit démocratique et gratuit.
Le 16 août 60, Mulele mit la nationalisation de l'université catholique de Lovanium à l'ordre du jour du Conseil des ministres. Ce fut le tollé chez les réactionnaires et les colonialistes. Monseigneur Malula déclara: "Pour les vrais nationalistes congolais, le laïcisme est un attentat à la vie religieuse du peuple bantou."
L'Eglise catholique a mis tout son poids dans le combat pour renverser le gouvernement Lumumba: elle voulait à tout prix garder son contrôle sur l'esprit des Congolais pour les soumettre au néocolonialisme.
L'attaché de presse de Lumumba, Serge Michel, raconte une anecdote qui survint le 19 juillet 60. Après un meeting à Kisangani, Lumumba et ses ministres étaient assis pour boire quelque chose. Serge Michel nota: "Tous des traîtres ou des incapables, dit Mulele d'une voix claire pour que Lumumba l'entende. Il parla de complot, cita des noms de conspirateurs, mit en garde les disciples contre les hypocrites et contre le pire des Judas, Joseph-Désiré."